Nicolas Gatineau


Le mardi 04 septembre 2001
Nicolas Gatineau serait mort à Québec et non noyé
Patrick Duquette
Le Droit
MARTIN ROY, Le Droit

Régis Gatineau, un petit, petit, petit cousin de Nicolas Gatineau, soutient que son aïeul est bel et bien mort dans un lit d'hôpital à Québec.

Un Français de passage en Outaouais croit avoir résolu le mystère de la mort de Nicolas Gatineau, ce notaire et coureur des bois qui a peut-être prêté son nom à la ville du même nom.

Régis Gatineau prétend que son lointain aïeul est mort dans un lit de l' hôpital de Québec, le 10 août 1689, et non noyé dans la rivière comme le veut une croyance populaire tenace. L'homme de 58 ans, qui habite Gilette, un petit village situé près de Nice, dans le sud de la France, soutient avoir trouvé la preuve de ce qu'il avance ici même, au Québec. «J'ai trouvé deux mentions de la mort de Nicolas Gatineau, dit-il. Une première dans un article rédigé par Édouard Le Noblet du Plessis dans les mémoires de la société généalogique du Canada français, tome 4 de janvier 1950, et une autre dans des documents que j'ai obtenus de la société généalogique de Québec.» S'il a raison, M. Gatineau, qui a séjourné dans un couette et café de Gatineau ce week-end en compagnie de son épouse Gisèle, lève le voile sur un mystère qui hante même les historiens locaux. Michel Prévost, une autorité en matière d'histoire locale dans la région de la capitale, écrivait en juillet dans une lettre publiée dans Le Droit, qu' «une légende veut que Nicolas Gatineau se soit noyé dans cette rivière à la fin du XVIIe siècle». «Or c'est tout faux», soutient Régis Gatineau, qui a consulté une trentaine de pages de documents, dont plusieurs actes notariés signés de la main de Nicolas Gatineau. Selon lui, la légende de la noyade s'expliquerait par le mystère qui a entouré les dernières années de la vie de son ancêtre. «À partir de 1683, la vie de Nicolas Gatineau part dans le flou. Il n'y a plus aucun acte (notarié) qui existe. Sans nouvelles de lui, ses amis (de Trois-Rivières, dont il serait originaire), ont peut-être cru qu'il s'était noyé dans la rivière, d'où l'origine de la légende», s'est risqué à dire Régis Gatineau. Il n'est pas certain que Nicolas Gatineau ait prêté son nom à la ville de Gatineau. Ce n'est qu'une des hypothèses évoquées par les historiens. Selon plusieurs sources, Nicolas Gatineau aurait remonté à plusieurs reprises la rivière Saint-Maurice jusqu'à l'embouchure de la Gatineau, au XVIIe siècle. Il aurait établi un poste de traite en compagnie de ses fils sur le bord de la rivière à un endroit qui a fini par s'appeler la Pointe à Gatineau, puis Pointe-Gatineau. Quant à lui, Régis Gatineau se dit un «petit, mais alors très petit cousin» de Nicolas Gatineau. Il a séjourné ce week-end chez Guy Racicot, qui tient un couette et café sur la montée Paiement. C'est son deuxième séjour dans la région.