English translation

PLACE D'ARMES OU FIEF PACHIRINI

Endroit: ANGLE DES RUES DES URSULINES ET ST-LOUIS
Municipalité: TROIS-RIVIÈRES
Mots clés: LIEU SITE HISTORIQUE TERRAIN
Renseignements: Terre concédée en 1648 et 1650.

Le manoir de Tonnancour

René Godefroy de Tonnancour, procureur du roi de France et seigneur de Pointe-du-Lac, fit construire sa résidence de 1722 à 1725. Après un incendie partiel, elle fut reconstruite par le juge Deschenaux en 1795. Elle servit ensuite de caserne, de presbytère et d'évêché, d'école primaire pour garçons. Rénové à la fin des années 1970, ce monument historique abrite à présent la Galerie d'art du Parc. On y présente notamment, conjointement avec la Maison de la culture :
* la Biennale nationale de céramique (années paires),
* la toute nouvelle Biennale internationale d'estampe contemporaine de Trois-Rivières (années impaires).

La place d'Armes
Juste en face du manoir se trouve un parc public. Ce lieu fut d'abord connu comme le fief Pachirini. C'était le nom du chef algonquin à qui fut cédé l'emplacement, afin de favoriser le bon voisinage entre Français et Amérindiens. Mais les Blancs s'y installèrent rapidement. Il servit quelque temps au marché public puis il devint Place d'armes vers 1750. Suite au grand feu de 1908, le gouvernement fédéral y construisit temporairement un bureau de poste.

La rue des Ursulines
Nous sommes dans l'arrondissement historique de Trois-Rivières, sur cette rue appelée Notre-Dame pendant 300 ans. Au Québec, la plupart des vieilles municipalités sont traversées par une rue « Notre-Dame » qui longe le fleuve Saint-Laurent. Sur la rive nord, entre les villes de Québec et Montréal, ces rues correspondent souvent au « chemin du Roy » qui fut le premier chemin carrossable ouvert au Canada, vers 1735. Cette section-ci fut rebaptisée « rue des Ursulines », en 1947, pour souligner le 250e anniversaire de l'arrivée de cette congrégation religieuse à Trois-Rivières.

Site des premières églises paroissiales
À partir de 1664, trois églises se sont succédées sur le site où se trouve à présent le monument du Sacré-Cœur. Construite en 1710, la dernière fut détruite par l'incendie de 1908. Trois-Rivières ne comptait alors qu'une seule paroisse catholique; on en dénombre plus d'une dizaine aujourd'hui.

    
d294          d296